• Drame capillaire ou frivolité chevelue



        Chaque matin un rite immuable marque le passage des limbes duveteuses de Morphée aux contours acérés d'Amaterasu ; simple formalité expédiée sans coup férir ou combat acharné aux marques saillantes ; en tout cas il est sûr que repose sur cette passe d'armes le cours de toute une journée. Je vois poindre chez certains un sourire sceptique presque moqueur. Font-ils partis des petits chanceux préservés, on ne sait comment des vétilles existentielles ? Ou bien leur sourire grinçant dissimule-t-il des tragédies d'alcôve ?
        En effet, trop souvent, les toisons volent aux vents et n'en font qu'à leur tête parce qu'elles le valent bien. Mise en plis, bigoudis, crêpage, défrisage, rien n'y fait et ce malgré les défis techniques sans cesse relevés par Garnier, L'Oréal, Timothée et compagnie dont les promesses enjôleuses tombent trop souvent à plat. Un rien échevelées nos crinières se refusent à toute structure. Alors certains jours, rien à faire : cheveux raplapla ou à l'épaisseur indomptable, gras, collants ou secs et cassant, bouts fourchus ou qui rebiquent, frisottis ou mèches rebelles en épis, ou encore ternes, sans reflet ou grisonnants, ... Trop ou pas assez, c'est la triste chanson des tignasses mal-aimées.

        Un de ces matins particulièrement difficile, je renonçai à me faire des cheveux blancs en essayant en vain de mettre en forme des cheveux rétifs à toute coiffure. Il n'était plus temps pour les demi-mesures, il fallait prendre le mal à la racine.
        De passage dans une ville à peine connue, je me mis en quête d'un coiffeur. Une rue suivie d'une autre, puis d'une autre... Où aller ? Rien ne ressemble autant à un salon qu'un autre salon... Arrêtons de couper les cheveux en quatre, celui-ci me paraît bien. A peine entrée, on me proposa de me prendre tout de suite, j'aurais dû me douter qu'il y aurait un cheveu.
        Je fus pris en main par un coiffeur ni efféminé, ni médisant mais tout de même légèrement baratineur. Pendant le traditionnel shampoing, je fus un peu noyée par son flot de paroles où surnageait quelques îlots de mots : « Vous avez des cheveux magnifiques... Mais non, voyons ! Je ne dis pas ça à tout le monde... Vous avez bien fait de venir, ils ont besoin d'être rafraîchis... Vous savez ce n'est pas bon d'avoir les cheveux longs... Vu que la vie d'un cheveu n'excède pas trois mois, il est anormal de les garder longs... » Je tiens à préciser que long pour lui se situait au-delà des épaules. Que feraient les coiffeurs, si on ne se coupait pas les cheveux ?
        Je commençais à avoir mal aux cheveux sous ce verbiage et je n'étais même pas encore peignée. Heureusement, saint Louis me réservait une surprise. Cette conversation aux allures de soliloque, prenait un autre tour. Notre banal coiffeur d'origine provinciale était monté à Paris et n'en était plus reparti. Cette ville l'avait conquis, il ne se lassait pas d'arpenter son pavé dès qu'il le pouvait. Cette ville l'habitait et lui hantait ces ruelles charmantes qu'il explorait inlassablement. Histoire commune sans doute, mais son visage s'éclairait d'une passion contagieuse. Son Paris donnait envie : il avait une nouvelle coupe et des reflets chatoyants. Son Paris d'hier et d'aujourd'hui résonnait des chansons de Brel, Ferré et Brassens. Ce dernier, il l'avait bien connu, un grand homme avec qui on pouvait parler de tout.

        Emportés tous deux  par son récit, le temps s'abolit.


        Et ma coupe, vous me direz, celle qui me devait me donner une autre allure. Hé ben ... Une autre allure c'est certain...

        Pour une charmante conversation, on n'est pas à quelques cheveux près . Et puis, rien ne sert de s'arracher les cheveux, ces derniers repoussent après tout.


  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Septembre 2006 à 10:19
    et puis...
    Inutile de se faire des cheveux blancs...lol. Bises.Joli texte
    2
    Lundi 4 Septembre 2006 à 10:25
    Inutile en effet yeux
    de couper les cheveux en quatre.
    3
    Lundi 4 Septembre 2006 à 10:31
    Sourire
    Excellent... Je ne suis hélas pas préservée des vétilles existentielles mais j'ai le cheveu docile, une chance ! Ils ne sont pas longs mais cela ne m'empêche pas, certains matins d'avoir tout de même le cheveu en bataille, un tantinet rebelle et pas décidé à se laisser dompter.
    4
    Lundi 4 Septembre 2006 à 10:41
    Parfois un tantinet rebelle...
    Sans doute New les jours où une idée folle a germé pendant la nuit et qui avant de trouver forme dans un post, emberlificote tes cheveux pour que tu ne l'oublies pas.:-) Bisous
    5
    Lundi 4 Septembre 2006 à 10:48
    Hello Shoupi
    alors moi, comme dirait Bruscu, j'adore avoir les cheveux "choucroutés".....tu imagines le style, n'est-ce pas? Là je crois que j'ai énormément d'idées folles en tête :)
    6
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:03
    Choucroutés?
    Expression savoureuse mais qui ne m'évoque rien de chevelu... Flo, Dessine-moi des cheveux choucroutés. S'il te plaît ! :-)
    7
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:12
    Texte décoiffant, Shoupi
    et je ne dis pas ça pour te brosser dans le sens du poil ;-) Si tu avais dit Head&Shoulders, ça aurait été tout de suite moins glamour. (re)bise.
    8
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:14
    Ok, je vais te chercher
    le lien de la photo que Bruscu avait publié de moi, tu vas comprendre...
    9
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:16
    coiffure
    ma calvitie naissante et ma couleur brune entachée de quelques effets blanc ne me permette malheureusement pas des frivolités cheveuleresques ...
    10
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:21
    Il suffit d'un cheveu
    pour faire preuve de fantaisie Charmithorinx. :-)
    11
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:21
    Smouiiiiitchs
    Shoupinette !!
    12
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:22
    IFrenchmatt
    En effet, Head and Shoulder cela n'aurait pas été glamour du tout. Par contre, si j'avais parlé d'Herbal Essence ... Bonne journée à tous.
    13
    Fil
    Lundi 4 Septembre 2006 à 11:29
    Bon..
    .Tous les coiffeurs ne sont pas des brutes, donc. Ouf..
    14
    Lundi 4 Septembre 2006 à 12:07
    Je viens de te retrouver
    le lien... http://www.blogg.org/blog-29066-date-2006-08-04-billet-408528.html
    15
    Lundi 4 Septembre 2006 à 12:19
    salut shoupi!
    décidément les cheveux c'est bouleversant pour nous... c'est le deuxième post sur ça que je lis ce matin... d'ailleurs moi je n'ai toujours pas réussi à trouver un coiffeur qui coupe bien le cheveux ici. Comme quoi la saga continue...
    16
    Lundi 4 Septembre 2006 à 13:11
    Bonjour ici...
    ...un coiffeur qui parle autant... j'espère pour toi qu'il n'avait pas un cheveu sur la langue !!! ;-)...C'eèst drôle, aujourd'hui il y a plusieurs post sur les coiffeurs de Blogland... à croire que tout le monde est de mèche !!! Bisous là...
    17
    Lundi 4 Septembre 2006 à 14:08
    je comprends pas
    j'avais cru laissé un com ici même ce matin et hop, rien ! je le reprends pas car je me souviens pas et puis voilà...une histoire de bonent, je crois ! bizzzzz (je crois avoir écrit que ça me plaisait bien, ces quelques lignes shoupinesques...)
    18
    Lundi 4 Septembre 2006 à 16:42
    Ah ouais !
    Sexy, Flo ;-)
    19
    Mardi 5 Septembre 2006 à 09:27
    Eh oui
    j'ai remarqué qu'hier un vent décoiffant soufflait sur bloggland... La rentrée sans doute... A moins, à moins que nous soyions tous connectés, tous reliés à la même matrice. Mac Léon avait donc raison :-)
    20
    Mardi 5 Septembre 2006 à 09:28
    Flo
    merci pour le lien. C'est bien de coiffure qu'on parlait :-) La coiffure choucroute est ravissante.
    21
    Mardi 5 Septembre 2006 à 14:23
    Désolée, French
    quand Bruscu m'a demandée une photo, je n'avais que celle-ci dans mon ordi.......
    22
    Mardi 5 Septembre 2006 à 16:08
    bisous...
    Choupinette...Petit passage chez toi, ou je viens me predre ds t textes.
    23
    Mardi 5 Septembre 2006 à 19:20
    Un passage pour
    te dire bonsoir et te remercier de tes mots chez moi.
    24
    Mardi 5 Septembre 2006 à 21:33
    Frenchmatt me remercier
    de mes mots quelle idée saugrenue, ce sont tes lecteurs qui doivent te remercier de nous transporter un temps dans ton monde et les pigeons aussi aujourd'hui :-) Donc merci à toi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :